Finally BDS may be not so bad for Israel – Finalement BDS n’est peut-être pas si mauvais pour Israël


January 9th 2016, CAPJPO-EuroPalestine and BDS demonstration in front of the Opéra Garnier in Paris. BDS, Boycott-Desinvestment-Sanction, is a particularly famous and virulent antisemitic and antizionist group, created in July 2005. Their struggle that Friday was to make life tough to the Opera of Paris, that DARED to apply the basic human’s right, accepting to present the Israeli ballet, Batsheva. Here is the account of my meeting with BDS.

As I was arriving in the Opera’s neighborhood by chance, I heard the word Israel, accompanied by ignominious messages : « apartheid », « genocide », but also some intelligent « booooh Israel ! ». Then I saw the pan-arabic flag. I call it that way because the Palestinian flag is nothing else than the Arabic nationalism flag in the Middle-East. Let’s note that in the 1920’s, 27 years before the United Nations created the State of Israel, the Palestinian flag was white and blue, with a Magen David in its center. That flag is also the one of Jordan, which population is composed by 80% of Palestinians.

Gaza is the heart of the matter for BDS. That biblical city is held by the terrorist group Hamas, friend with Daesh (their collaboration in the Sinai has been noticed and proved since many months, and has been fought by the Israeli and Egyptian armies), and hides weapons and missile-launchers in the undergrounds of hospitals and schools. Hamas forbade the new year eve 2016 celebrations, cuts the electricity of Gaza at 10PM, imposes extreme taxes, and sends to jail and tortures anyone showing signs of rebellion. I think Hamas would agree to say that they have nothing to do with Israel. As a result, it’s clear that the apartheid is theirs, and isn’t Israel’s culpability.

As I’m very often a spectator of the BDS campaigns in the news and on the social networks, I decided to come closer to analyze the painting. Before telling you my talk with a BDS militant, I want to describe the kind of people I saw. I distinguished three types :

  • The characters of the French Movie La Haine, 15 years older. 40 year old « thugs ». They were wearing military uniforms, with a pink gauzy tutu around the waist (referring to Batsheva ballet I guess), but also maybe to make fun of the Israeli army. However, Tsahal, the Israeli army, is world famous to be one of the most efficient armies in the world. They are notably the masters and the creators of the krav maga, a self-defense method enabling, in short, to kill a man with two fingers.
  • Urban youngsters, cream of the crop in their kind. Tracksuits, caps, Arabic scarves. Huge men. Typically the same kind as Mohammed Merah or Amedy Coulibaly (the terrorist of Hyper Casher), that end in Syria with Daesh, or at best that we find taking a picture giving a finger in front of Hyper Casher.
  • Caucasian types, classical far leftists. By the way a few months ago BDS proudly advertised their presence at la Fête de l’Humanité (a famous extreme left French trade fair). I had a talk with one of them. The man told me that the woman talking in the microphone was of « Jewish origin ». Only origin, because she refuses that anybody say she is Jewish. We can imagine the eventual personal psychologic problems.

Beautiful people in short. At a moment, an about 60 year old woman came and yelled « long life to Israel ! ». They all rushed, yelling, on the barriers separating them from her. As she left, a militant woman said : « she is lucky there are the barriers and the police ! » … what would happen otherwise ?

I approached a militant asking if the persons there had already been to Israel. « Yes of course, most of us have been there ! ». Yeah right, I totally imagine the urban youngsters and their 40 year old friends from La Haine having the curiosity to travel to Israel… to check themselves the awful genocide of the Zionist enemy. I told him that I know the country very well, and that I’m bothered by the lack of consistency between BDS’ speech and the reality on the ground. So he started talking about The Jewish state (1896) the Zionism’s father’s book, Theodore Herzl. He told me about the call to apartheid and racism of this book, notably because it’s written that « every Jew, no matter the country he lives in, is part of the Jewish people, and is Israeli »… Oh ! Amazing ! The worst being that he looked appalled telling me that. So that’s a case of reversed racism : the negation of the ethnical diversity. I answered talking about nowadays’s Zionism, how my Zionist friends think, how Israel treats Palestinian civilians, and how things actually happen in Israel’s daily life between the two people. He didn’t want to hear about it, and kept talking about that Theodore Herzl book written 120 years ago. He didn’t care about the present. « If today’s Zionism is such, the Israeli politicians should stop using this word ! », he told me, confessing in short that his struggle and argumentation were based on vocabulary.

Then I talked about Hamas, and that from Palestinian high quality sources, I know that Gaza’s inhabitants are aware that their pain is caused by this terrorist group. But also that the foreshadowings of a revolt are being felt. I went ahead saying that BDS plays the game of Hamas, with hatred incitement against Israel, when Palestinian majority doesn’t want any revolt. When I travelled to Jerusalem in November 2015, I asked astonished to a Palestinian friend of mine, to which restaurant’s I always have lunch, about the emptiness of the Old city. He explained to me that the Palestinians suffer from the terrorism committed by their brothers, because in the times of violence like since September 2015, the tourism falls a lot in the Arabic cities. In the Arabic cities, but not in Tel Aviv or Eilat, … as it’s only the non-Jews who delay their travels. The BDS militant told me that in any revolt the civilians suffer. So we can agree on the fact that it’s not the majority of the Palestinians who want war, but the terrorist minority and the foreigners that have no clue about the situation, with a lust for power and revenge.

A wonderful documentary was released about the present Israeli-Palestinian generation : Would you have sex with an Arab ?, that shows the peace and friendship dreamt in both sides. I remember a day when I was in the Old city of Jerusalem, the way I was dressed, with a long skirt, could easily make believe that I was a religious Jew. An about 25 year old Palestinian guy asked me in Hebrew if I was looking for the Western Wall (whereas they all speak a lot of languages in Jerusalem). No doubt he was thinking I was a Jew. I answered yes, and he kindly showed me the way, asking nothing in return. That’s the reality of the Israeli-Palestinian hostility.

Finally, I talked about the Palestinian Muslim Zionists, like Sara and Muhammad Zoabi, and about the movement Palestine Loves Israel… « It’s impossible, unthinkable ! », he answered totally appalled. Indeed, love and pacifism are not usual feelings for BDS militants. I ended saying I was surprised that he told me having travelled to Israel, cause in that case he couldn’t say these words. And the same person who twenty minutes earlier told me that most of the militants present at the demonstration had already travelled to Israel, confessed to me at this very moment that he had never been there. How astonishing.

The reason why I think the BDS demonstrations are not so bad for Israel, is that the rule « my enemy’s enemy is my friend » is quite common. It’s quite a classical human reaction. Yet, when one sees a BDS demonstration, the ultra-violence, the silliness, and the kind of persons BDS militants are, only can create fear and dismay. One can’t will to be on their side. One can’t will to think like they do. Except when one is like them. Their arguments are poor, repeated in a continuous loop, their lies are easy to check, and their lack of knowledge is a bottomless pit. Their provocation level, going until manifesting in front of the Opéra Garnier, one of the most beautiful buildings in Paris, because they refuse antisemitism, is an infringement to the freedom of speech : « 1st article : All men are born free and equal in rights ». The authors might have specified : « even the Israelis, as even if they are Jewish, they are men anyway, yes mister Merah ! », in post scriptum. In front of a big number of tourists, they had a distressing and frightening, because violent, behavior. They are their own enemies.

To finish, the UEJF (French Jewish Students Union) noted that BDS lauded the names of the Palestinian terrorists dead since Fall 2015. It’s very trivially an apologia for terrorism, in a time of state of emergency in France. The UEJF warned the public prosecutor’s office in Paris, as they said on their Facebook page. Going to far in provocation and violence, they will finally some day like Dieudonné, be sentenced to jail, denied with all their weak reliability.


Le 9 janvier 2016, manifestation devant l’Opéra Garnier des groupes CAPJPO – EuroPalestine et BDS. BDS, Boycott-Désinvestissement-Sanction, est un groupe particulièrement connu et virulent, antisémite et antisioniste, créé en juillet 2005. Leur combat ce vendredi, mener la vie dure à l’Opéra de Paris qui a OSÉ appliquer les droits basiques de l’homme et accepter d’accueillir le ballet israélien Batsheva. Voici le récit de ma rencontre avec BDS.

Arrivée dans le quartier de l’Opéra par hasard, j’entends le mot Israël, accompagné de messages ignominieux : « apartheid », « génocide », mais aussi d’intelligents « bouuuh Israël ». Je vois le drapeau pan-arabique. Je l’appelle ainsi car le drapeau « palestinien » n’est rien d’autre que le drapeau du nationalisme arabe au Moyen-Orient. Notons que le drapeau de la Palestine dans les années 1920, donc 27 ans avant la création de l’État d’Israël par les Nations Unies était bleu et blanc avec une Magen David en son centre. Ce drapeau est notamment celui de la Jordanie, dont la population est composée à 80% de palestiniens.

Le nerf de la guerre pour BDS c’est Gaza. Ville biblique tenue par le groupe terroriste Hamas, ami de Daesh (leur collaboration dans le Sinaï est constatée et prouvée depuis plusieurs mois, et est combattue par les armées israélienne et égyptienne), qui cache ses armes et ses lance-missiles sous des hôpitaux et des écoles. Le Hamas a notamment interdit la célébration de la nouvelle année 2016, coupe l’électricité de Gaza à 22h00 (donc couvre feu à 22h00), impose des taxes étouffantes, et envoie en prison et torture toute personne montrant des signes de rébellion. Je pense que le Hamas sera d’accord pour dire qu’il n’a rien à voir avec Israël. Par conséquent, il est clair que l’apartheid lui appartient bien, et non pas à Israël.

Comme je suis constamment spectatrice des campagnes de BDS dans l’actualité et sur les réseaux sociaux, je décide d’aller analyser le tableau d’un peu plus près. Avant de vous faire part de ma discussion avec l’un des militants, je souhaite vous parler des personnes que j’ai vu manifester. J’ai distingué trois types :

  • Les personnages du film La Haine, mais avec 15 ans de plus. En gros des voyous de 40 ans. Ils étaient habillés en treillis militaires, avec un tutu rose autour de la taille (en référence au ballet Batsheva j’imagine), mais aussi peut-être pour se moquer de l’armée israélienne. Cependant, Tsahal, l’armée israélienne, est reconnue mondialement pour être l’une des armées les plus performantes au monde. Ils sont notamment maîtres et créateurs du Krav maga, méthode de self-defense avec laquelle en gros on peut tuer quelqu’un avec deux doigts.
  • Des jeunes de cités, la crème de la crème en leur genre. Joggings, casquettes, keffiehs palestiniens. Des mecs immenses. Typiquement le style Mohammed Merah ou Amedy Coulibaly, que l’on retrouve en Syrie, ou au mieux devant Hyper Casher se prenant en photo en faisant un doigt d’honneur.
  • Des personnes de type caucasien, type extrême gauche classique. D’ailleurs il y a quelques mois BDS affichait fièrement sur internet sa présence à la Fête de l’Huma. C’est avec l’un d’entre eux que j’ai discuté. Ce monsieur m’a rapporté que la femme qui tenait le micro, en s’égosillant de slogans diffamatoires, était « d’origine juive ». Oui, d’origine seulement, car elle refuse qu’à aucun prétexte on ne dise qu’elle est juive. On peut donc imaginer les éventuels problèmes psychologiques personnels.

Du beau peuple, donc. À un moment une femme d’une soixantaine d’années est venue leur crier « vive Israël ! ». Ils se sont tous jetés sur les barrières les séparant d’elle, en lui hurlant dessus. Quand elle est partie, une militante a dit : « Elle a de la chance qu’il y ait les barrières et la police ! » … Parce que sinon quoi ?

J’ai abordé un militant en lui demandant si les personnes présentes avaient déjà visité Israël. « Oui bien sûr, la plupart d’entre nous y sommes déjà allés. » C’est cela, je vois bien ces jeunes de cité et leurs compères de La Haine avoir la curiosité d’aller en Israël… question d’aller vérifier l’ampleur de l’horrible génocide de l’ennemi sioniste. Je lui dis que je connais très bien le pays, et que ce qui me dérange c’est que je ne vois aucune cohérence entre les propos de BDS, et la réalité sur place. Il me parle alors du livre l’État juif (1896), de Théodore Herzl, le père du sionisme. Il me parle de l’appel à l’apartheid et du racisme que contiennent ce livre, notamment parce qu’il est écrit que « tout juif, quel que soit le pays qu’il habite, fait partie du peuple juif et est israélien »…Ah oui, incroyable. En plus il me disait cela l’air effaré. On a donc affaire à du racisme inversé : une négation de la diversité ethnique. Je lui parle du sionisme contemporain, de la façon dont pensent mes amis sionistes, de la façon dont Israël traite les civils palestiniens, et comment les choses se passent en Israël au quotidien entre les deux peuples. Il ne voulait pas entendre un mot de ce que je disais, ne cessait de me parler du livre de Théodore Herzl écrit il y a 120 ans, et se fichait de l’actualité. « Mais si le sionisme est ainsi aujourd’hui, il ne faut plus que les politiciens israéliens utilisent ce mot ! », me dit-il. M’avouant en gros qu’il base son combat et son argumentation sur du vocabulaire.

Puis je lui ai parlé du Hamas, et du fait que de sources palestiniennes de qualité je sais que les habitants de Gaza sont conscients que leurs maux viennent de ce groupe terroriste, et que les prémices d’une révolte se feraient sentir. J’ai poursuivi en lui disant que BDS joue le jeu du Hamas en incitant à la haine contre Israël, alors que la majorité des palestiniens n’ont aucune envie de révolte. Quand je suis allée à Jérusalem en novembre 2015, je me suis étonnée auprès d’un ami palestinien, dans le restaurant duquel je déjeune tout le temps, du fait que la ville soit très vide. Il m’a expliqué que les palestiniens souffrent du terrorisme commis par leurs frères, car dans les périodes de violence comme depuis le mois de septembre 2015, le tourisme dans les villes arabes baisse énormément. Dans les villes arabes, mais pas à Tel Aviv et Eilat… Car ce ne sont que les non juifs qui remettent leurs voyages à plus tard. Le militant de BDS m’a répondu que dans toute révolte ce sont les civils qui souffrent. On est donc d’accord que ce n’est pas la majorité des palestiniens qui veulent la guerre, mais la minorité terroriste et les étrangers n’ayant aucune connaissance de la situation, ayant soif de pouvoir et de vengeance.

Un documentaire magnifique a été tourné sur la génération israélo-palestinienne d’aujourd’hui : Would you have sex with an Arab ?, qui montre bien la paix et l’amitié rêvée des deux côtés. J’ai le souvenir d’une fois où j’étais dans la vieille ville de Jérusalem, et la façon dont j’étais habillée, avec une jupe longue, pouvait faire croire que j’étais juive religieuse. Un palestinien d’environ 25 ans me demande en hébreu (alors qu’ils parlent tous plein de langues à Jérusalem) si je cherche le Mur des Lamentations. Aucun doute qu’il pensait que j’étais juive. Je lui réponds oui, et il me montre le chemin, gentiment, et sans rien me demander en retour. Voilà la réalité de l’hostilité israélo-palestinienne.

Enfin, je lui parle des sionistes palestiniens musulmans, comme Sara et Muhammad Zoabi, et les membres du mouvement Palestine Loves Israel… « Alors là c’est impossible, inimaginable ! » me répond-t-il effaré. Effectivement, l’amour et le pacifisme ne sont pas des sentiments connus des militants de BDS. J’ai achevé en lui disant que j’étais étonnée qu’il m’ait dit avoir déjà visité Israël, car il ne pourrait tenir ces propos si c’était le cas. Le même homme qui me disait vingt minutes plus tôt que la plupart des militants présents à la manifestation étaient déjà allés en Israël, me confie à ce même moment qu’il n’y est jamais allé. Quel étonnement.

La raison pour laquelle je pense que les manifestations de BDS ne sont pas si mauvaises, c’est que la règle « l’ennemi de mon ennemi est mon ami », est assez répandue. C’est une réaction humaine assez classique. Or quand on assiste à une manifestation de BDS, l’ultra violence, la bêtise, et le genre de personnes que sont les militants, ne peuvent que provoquer peur et consternation. On n’a pas envie d’être du côté de ces personnes. On n’a pas envie de penser comme eux. Sauf quand on est comme eux. Leurs arguments sont pauvres, répétés en boucle, leurs mensonges sont facilement vérifiables, et leur inculture est un puit sans fond. Leur niveau de provocation, allant jusqu’à manifester devant l’Opéra Garnier, l’un des plus beaux bâtiments de Paris, parce que celui-ci se refuse à l’antisémitisme, est une atteinte à la liberté d’expression et aux droits de l’homme : « Article 1 : Tous les hommes naissent libres et égaux en droit ». Les auteurs auraient peut-etre du préciser : « même les israéliens, car même s’ils sont juifs, ce sont quand même des hommes, oui oui monsieur Merah ! », en post scriptum. Aux yeux d’un nombre très important de touristes, ils ont eu un comportement affligeant et effrayant car violent. Ils sont leur propre ennemi.

Enfin, l’UEJF (Union des Étudiants Juifs de France) a relevé que BDS a clamé le nom des terroristes palestiniens morts depuis l’automne 2015. Il s’agit en toute banalité d’une apologie du terrorisme, en période d’état d’urgence. L’UEJF en a donc averti le parquet, selon ce que l’institution a annoncé sur Facebook. À vouloir aller trop loin dans la violence et la provocation, ils finiront bien un jour comme Dieudonné, en prison ferme, privés de toute leur faible crédibilité.


Auteur : Elinor

My name is Aliénor, Elinor in Hebrew, and I’m a Catholic from Paris. My heart belongs to Israel, so I’m going to tell you my journey there, and why would a christian be in love with this country. / / Je m’appelle Aliénor, Elinor en hébreu, catholique et parisienne. Mon coeur se trouve à 3250km de Paris: en Israël! Je vais donc vous raconter mes voyages là-bas, et vous montrer ce qu’une chrétienne peut tant aimer dans ce pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:


Vous commentez à l'aide de votre compte Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s