Comment catholiques et juifs s’inscrivent-ils dans la sphère politique française ?

thumb_IMG_8225_1024

Le dimanche 29 janvier, à partir de 14h00 au Collège des Bernardins, le colloque « République et intégration », consacré au réajustement identitaire chez les juifs et les chrétiens de France, est le point d’orgue d’un travail mené en partenariat entre le Collège des Bernardins et la Revue d’Études Israéliennes.

Comment juifs et catholiques s’inscrivent-ils dans la sphère politique ?

Quelle histoire détermine leur relation au pouvoir ?

Quelles déterminations sociologiques, culturelles, politiques, ou identitaires sont susceptibles d’influencer l’élection présidentielle en France en mai 2017 ?

Article à lire en entier sur Aleteia : Ici

Publicités

Où dormir en voyage dans le pays préféré de Dieu?

thumb_IMG_6477_1024

Voici une sélection d’auberges bon marché, testées et approuvées, dans les principales villes de Terre Sainte.

L’auberge est située sur l’une des rues principales de Tel Aviv, à deux minutes de la plage centrale. Il est vraiment pratique de pouvoir aller à la plage la journée, rentrer se rafraîchir, puis retourner vers le bord de mer ayant vu partir sainte Marie-Madeleine et saint Jean vers la France, et marcher sur la promenade de Tel Aviv jusqu’à la vieille ville de Jaffa. C’est de cette ville que Jonas s’en allant en bateau, a préfiguré la mise au tombeau du Christ en disparaissant pendant trois jours sous la mer.

À Jaffa, la messe catholique dans l’église Saint-Pierre a lieu à 18 h, en espagnol en général. Après la messe, s’il est difficile de trouver une côte de porc à Jaffa (dommage, car c’est là que saint Pierre a appris que l’on avait désormais le droit d’en manger), on peut déguster un jus de grenade frais ou un malabi. Le malabi est un dessert arabe extraordinaire, composé d’un yaourt solide sucré, arrosé de sirop de rose, et saupoudré de cacahuètes écrasées et de poudre de coco. Après ce petit moment de paradis, on peut rentrer au Momo’s Hostel à pieds et bouquiner sur la terrasse de la chambre

L’article sur Aleteia.fr:

http://fr.aleteia.org/2016/04/30/ou-dormir-lors-dun-voyage-au-pays-du-christ/

It’s not for Shabbat dinners that Christians love Judaism

thumb_IMG_7506_1024
Orthodox Jewish men in the Christian Armenian Quarter of Jerusalem

Non mes amis juifs, ce n’est pas pour Shabbat que les chrétiens aiment le judaïsme

Combien de fois en parlant de ma passion pour le judaïsme avec des juifs, ils m’ont dit « bah oui les chrétiens vous nous enviez parce qu’avec Shabbat, nous on a Noël toutes les semaines. » Olala ! Ne vous sous-estimez pas à ce point ! Un chrétien qui découvre le judaïsme, découvre les racines de toute sa religion. Oui, le christianisme est le lien que Dieu a voulu en premier lieu instaurer avec les juifs : les bergers (juifs) de Judée ont été avertis par les anges de la naissance de Jésus, avant que les Rois-Mages (non juifs) ne le soient. À l’origine, le christianisme est un lien pour les juifs, par un juif, avec des disciples juifs, dans la langue des juifs, chez les juifs. Je précise que le fait que le christianisme concerne surtout les non-juifs est normal, étant donné que Dieu a promis à Abraham que par lui les nations, « les goys », se sanctifieraient (en d’autres termes par sa descendance, d’où est issu Jésus).

Il est vrai que le christianisme est extrêmement riche : plus d’un millier de Saints, des Pères et Docteurs de l’Église admirables, mystiques, commentateurs de l’Ancien et du Nouveau Testament édifiants, des écrits nourrissant l’âme à n’en plus finir. Il est indéniable que le christianisme peut largement s’auto-suffire, d’un point de vue théologique, exégétique (commentaire de la Sainte Écriture), et humain avec les écrits et témoignages de tous nos Saints. Cependant, l’étude du judaïsme permet un retour aux sources, et une compréhension de nos origines. C’est très important de commencer par le commencement, on n’apprend pas une langue sans apprendre son alphabet en premier lieu. En l’occurence, le sentiment que cela me donne est simplement de découvrir ma mère. C’est comme pour un enfant adopté : ses parents sont ses parents adoptifs, il n’appellera jamais quelqu’un d’autre papa ou maman, il a grandi par leur éducation, leurs valeurs, leur milieu social, mais s’il rencontre un jour ses parents biologiques, cela lui permettra de mieux se comprendre lui-même. Concernant le christianisme et le judaïsme c’est encore bien plus fort, car il y a la langue hébraïque qui entre en jeu (à côté de combien de révélations passe-t-on quand on ne peut pas lire la Bible en hébreu?), la façon de penser sémite, l’origine des fêtes et des différentes traditions et pratiques. Continuer à lire … « It’s not for Shabbat dinners that Christians love Judaism »